fermerclose

fermerclose





Ça se passe au Biopark

Retrouvez ici les dernières actualités et événements organisés par le Biopark Charleroi Brussels South ou auxquels il est associé.


Prochainement// Novembre 2017 // Octobre 2017 // Septembre 2017 // été 2017 // Juin 2017 // Mai 2017 // Avril 2017 // Mars 2017 // Février 2017 // Janvier 2017.


Archives


Prochainement
  • Séminaires du mois [Infos]pdf

  • Évènement "Buzz4Bio", 7-8 février 2018 [Infos] - [Affiche]pdf

NOVEMBRE 2017

Seminars of the month [Infos]pdf

  • 7/11, 12:00 am: "Transcriptome approaches for single-cell and HIV latency population analyses"

  • 9/11. 12.00 am : "Immunobiological implications of TACI deficiency"

  • 10, 11.11.30 am "Ribosome and translation control as targets for anticancer drugs"

  • 17/11, 11.30 am "Dissecting host-pathogen interactions one cell at the time using single-cell RNA-seq"

  • 24/11, 11.30 am "Production of aneconomicallysmartchemical precursor of methionine by the construction of a syntheticmetabolicpathwayin the bacteria E.coli"

  • 27/11, 12.00 am "Gut microbes as modulators of inflammation and metabolic disorders

OCTOBRE 2017

Seminars of the month [Infos]pdf

  • 13/10, 11:00 am: "The role of active site flexible loops in catalysis and of zinc in conformational stability of Bacillus cereus 569/H/9 -lactamase "

  • 17/10, 11.45 am: "MRI made easy: Review of applications using the ICON and underlying mechanisms"

  • 27/10, 11.30 am "Nanomechanical Mapping of Virus Binding Sites to Animal Cells"

  • 30/10, 11.30 am "Genetic disorders: a source of inspiration for cancer research"

SEPTEMBRE 2017

29/9 - Le Biopark au Challenge ELA

Une équipe de chercheurs et membres du Biopark ont participé à l'évènement "Tous en basket pour lutter contre la maladie", organisé au profit de l'association européenne contre la leucodystrophie (ELA).

En images...

Cliquez sur les miniatures pour voir les images en plus grand.

Le groupe au complet
Podium

19/9 - Trypanosome: les pouvoirs cachés de la famille APOLs

Le trypanosome est un parasite sanguin dont certaines sous-espèces provoquent la maladie du sommeil chez l'homme. L'homme est naturellement protégé contre le trypanosome brucei brucei, grâce à une protéine sérique appelée apolipoprotéine L1 (APOL1), mais les trypanosomes rhodesiense et gambiense parviennent à échapper à son action.

Dans une publication dans la revue scientifique Nature Microbiology, Etienne Pays et son équipe (Laboratoire de Parasitologie moléculaire, Faculté des Sciences) ont étudié le potentiel des autres protéines de la famille APOL: les trypanosomes n'ayant jamais été au contact de ces protéines intracellulaires, elles pourraient dès lors dévoiler une activité intéressante pour contrer le parasite.

Dans leur étude, les chercheurs montrent que la protéine recombinante rAPOL3 parvient à éliminer de nombreux sous-types de trypanosomes, notamment rhodesiense et gambiense. La protéine rPpAPOL1, une autre protéine de la même famille, partage partiellement ce pouvoir trypanolytique. Les chercheurs ont démontré que cette activité différente est liée à une dépendance distincte au pH.

L'instabilité de la protéine et sa toxicité in vivo ne permettent pas d'envisager l'exploitation thérapeutique d'APOL3. En revanche, un mutant expérimental de rPrAPOL1 est plus prometteur: il présente une activité trypanolytique plus élevée in vitro et est capable d'éradiquer l'infection de T. gambiense chez la souris.


13/9 - La chimiothérapie amplifie la réponse immune anti-tumorale

De nombreuses observations récentes chez l'homme et la souris suggèrent que l'efficacité d'une chimiothérapie dépend du système immunitaire. L'infiltration, au sein de la tumeur, de cellules immunitaires est notamment un pronostic favorable pour la réussite du traitement. Ces observations posent la question du mécanisme d'action de la chimiothérapie sur la réponse immunitaire.

Le Laboratoire d'Immunobiologie (Faculté des Sciences et U-CRC) a récemment publié un article dans le journal scientifique OncoImmunology sur ce sujet : les chercheurs y démontrent qu'une injection de cyclophosphamide –un agent utilisé couramment en clinique– à des souris porteuses de tumeur a un effet bénéfique sur l'immunité anti-tumorale de l'hôte. Les chercheurs ont découvert que ce traitement induit une augmentation du nombre de lymphocytes tueurs infiltrant la tumeur et potentialise leur fonction. Le mécanisme implique la production d'interféron de type I, une cytokine importante pour l'immunité antivirale. Ces résultats suggèrent que la mort des cellules tumorales suite à la chimiothérapie active une réponse immune spontanée, dirigée contre la tumeur, ce qui induit une protection à long-terme.

En conclusion, la chimiothérapie classique modifie profondément et augmente l'efficacité de la réponse immunitaire spécifique d'une tumeur. Alors que les cellules du système immunitaire sont également affectées par la chimiothérapie, il semblerait cependant que vaccination tumorale et chimiothérapie auraient des effets synergiques. Une approche combinée de vaccination et chimiothérapie pourrait donc s'avérer particulièrement efficace.



JUILLET-AOÛT 2017

  • 03/07, 11:30 am: "What can rare diseases teach us about basic neurobiology"

  • 11/07, 10.00 am to 3.00 pm : "How to design a safety assessment program and select the appropriate doses for a nonclinical program with a topical dermal compound" Registration free but mandatory


JUIN 2017

  • 02/06, 11:30 am: "Messing up translation from the start: how AtaT inhibits translation initiation in E. coli"

  • 15/06, 11.30 am : "Parsing the ocean microbiome"

  • 16/06, 11.30 am: "A single-genus approach to uncover the diversity and ecological strategies of bacteria sharing in a microbial community"

  • 20/06, 12.00 pm : "Alternative splicing plays a key role in beta cell survival and function "


MAI 2017

Séminaires du mois [Infos]pdf

  • 12/05, 11:30 am: "Structural assessment and quantification of your biopharmaceutical products made easy"

  • 24/05: "BEDT immunology day “Inflammation and cytokines”"

  • 30/05, 12:00 am "Th9 cells: novel players in anticancer immune responses?"


AVRIL 2017

Séminaires du mois [Infos]pdf

  • 7/04, 11:30 am: "Linking gene and function by comparative genomics"

  • 14/04, 11:30 am: "Boundary Cap cells in development and diseas"

  • 28/04, 11:30 am "DIAPath : What can we do for you?"

26/04 - Bactéries : comment bloquer la synthèse des protéines

Les systèmes toxine-antitoxine (TA) bactériens sont abondants dans les génomes bactériens et sont notamment impliqués dans la persistance, un phénomène permettant aux bactéries de survivre aux antibiotiques en ralentissant leur croissance.

Dans une étude relayée dans Nature Chemical Biology, les chercheurs de la Faculté des Sciences de l'ULB sur le Biopark Charleroi ont caractérisé l’activité d’une nouvelle toxine, AtaT, provenant d’une souche d’Escherichia coli pathogène. L’étude a été menée par les groupes de Laurence Van Melderen (Génétique et Physiologie Bactériennes) et d’Abel Garcia-Pino (Biologie Structurale et Biophysique), en collaboration avec l’équipe de Louis Droogmans (Microbiologie) et un groupe de l’Université d’Anvers.

Les chercheurs ont identifié la cible de cette toxine: il s’agit de l’ARN de transfert initiateur, indispensable à l’initiation de la traduction des protéines. Chez les bactéries, cet ARN de transfert subit une modification (formylation), qui permet le démarrage de la traduction. En présence de la toxine AtaT, le tRNA initiateur est acétylé et non formylé. Par une combinaison d’approches in vivo et in vitro, les chercheurs ont montré que cette modification différente de l’ARN de transfert empêche son interaction avec les facteurs d’initiation de la traduction et le ribosome, ce qui conduit à l’inhibition de la synthèse des protéines.

Ce travail a révélé un nouveau mécanisme moléculaire permettant de bloquer la traduction et met en évidence le tRNA initiateur comme une cible de choix pour inhiber la croissance des bactéries.



MARS 2017

Séminaires du mois [Infos]pdf

  • 10/03, 12:00 pm: "Metabolic adaptation as a defence strategy against infection "

  • 17/03, 11:30 am: "Induction of the hormetic stress response by of subinhibitory concentrations of antibiotics in E. coli "

  • 24/03, 11:30 am: "Theoretical advances on the kinetics and thermodynamics of molecular machines and DNA replication"

  • 28/03, 12:00 pm: "Local unconventional T cell responses: protection versus tissue damage"

  • 31/03, 11:30 am: "Exploring the Epigenome Numerically "


FEVRIER 2017

Séminaires du mois [Infos]pdf

  • 10/02, 11:30 am: "Role of curvature sensing/inducing BAR domain proteins in clathrin-independent endocytosis"

  • 17/02, 11:30 am: "HOX proteins, transcription factors? Yes, but not only !"


JANVIER 2017

Séminaires du mois [Infos]pdf

  • 20/01, 11:30 am: PROMEGA Seminar

  • 31/01, 11:30 am: "Ontogeny of the intestinal mucosal host response to infection"

09/01 - La mécanique complexe de construction du cerveau

La construction au cours de l'embryogénèse du cortex cérébral, siège principal des fonctions cognitives, reste une étape mystérieuse: actuellement, seuls quelques facteurs de transcription essentiels pour le développement de cette partie du cerveau ont été identifiés et leur mécanisme d'action reste mal connu.

Le Laboratoire de Génétique du Développement (Eric Bellefroid, IBMM) étudie depuis plusieurs années quelques-uns de ces facteurs, dont "Dmrt5". Les chercheurs avaient déjà démontré que Dmrt5 est indispensable dans les toutes premières étapes de la formation du cerveau pour la mise en place d'un petit groupe de cellules localisé entre les vésicules télencéphaliques (à l'origine du cortex) et fonctionnant comme centre de signalisation organisant leur développement.

Dans une publication de la revue Cerebral Cortex, au moyen d'approches génétiques de perte et gain de fonction, l'équipe démontre à présent que Dmrt5 et son "cousin" Dmrt3 sont également importants plus tard dans le développement, cette fois au sein même des cellules progénitrices du cortex. Leur niveau d'expression serait en particulier crucial pour la spécification du néocortex en aires spécifiques, possédant chacune une architecture et une fonction particulière (motrice, sensorielle ou encore visuelle).

Dmrt5 a été récemment associé à des anomalies de développement du cerveau (microcéphalie) chez l'homme: l'élucidation du mécanisme d'action des facteurs Dmrts est donc importante pour mieux comprendre le fonctionnement et l'évolution mais aussi certaines pathologies du cerveau.